Accueil > Découvrir la région > Peyrepertuse

Peyrepertuse

C’est une extraordinaire forteresse que celle de PEYREPERTUSE, qui se dresse au dessus du village de DUILHAC, en plein coeur des Corbières. L’origine du nom indique « une pierre percée », sans doute pour marquer le souvenir de passages souterrains qui existeraient entre la citadelle et les diverses et nombreuses cavités naturelles qui s’ouvrent dans son énorme socle calcaire.. En réalité, l’accès normal est situé en face nord et débouche directement sous la porte chicanée qui devait être l’issue principale au XII° siècle. Auparavant, un rude sentier, jadis chemin, serpente dans le rocher et passe dans l’abri sous roche dans la paroi duquel sont taillées les marches d’un très vieil escalier.

Les randonneurs seuls empruntent désormais cette voie. Le touriste préférera monter en voiture jusqu’au flanc sud et de là, il abordera le château par un assez long cheminement ,facile et pittoresque qui contourne l’éperon est au milieu des buis cirés par des milliers de mains de visiteurs qui s’y accrochent.

Peyrepertuse est beaucoup plus qu’un château, c’est une cité suspendue dans le ciel, la forteresse la plus aérienne qu’on puisse imaginer. Encore plus que Puylaurens, la visite par tant de brouillard en est extraordinaire. Il y a là des maisons, des citernes, des cours, des venelles, une église. Les bâtiments semblent sortir du sol tant il font corps avec la roche dont ils furent extraits.

Peyrepertuse est assez mal connu. On y distingue deux châteaux très distincts. Le château bas, qui fut le plus ancien qui jouxte l’église Ste Marie bâtie en 1155. Cet ensemble fut réaménagé après la chute de la forteresse dans l’escarcelle royale. Le donjon est imposant, les fortifications impressionnantes en même temps que très esthétiques. L’église a été sérieusement déblayée ces dernières années et on peut maintenant en contempler toute l’harmonie.

La partie haute de Peyrepertuse, c’est le roc de San Jordy avec son fameux escalier dénommé « de St Louis » qui domine la paroi nord haute de près de cent mètres. Une rampe y est heureusement installée permettant l’accès même par grand vent. Il faut cependant être prudent car l’endroit est grandiose mais exposé.

On arrive alors dans le deuxième château, remarquable construction toute en force et en beauté avec, lui aussi, ses cours, ses maisons, sa chapelle. Ici on est dans les nuages et lorsque souffle le vent, on peut craindre que l’énorme paquebot de plus de trois cents mètres rompe ses amarres.

Peyrepertuse se rendit le 16 novembre 1240 après un siège très court sur le coup de la surprise de l’échec de la révolte de Trencavel qui tentait de reprendre Carcassonne.

Guillaume de Peyrepertuse livra sa seigneurie en quelques jours à l’armée royale et avec lui c’est la quasi totalité des seigneurs des marches catalanes qui se rendirent.